Moustache est mort, vive Moustache !

Lectrices et lecteurs  de Moustache, l’heure est venue de briser le silence : Moustache est mort. Vous l’avez sans doute remarqué, Moustache a achevé de publier depuis cet été, marquant la fin de ses articles emportés, de ses critiques exacerbées et de ses playlists tourmentées. Finis la bonne humeur, la mauvaise foi et les sujets qui n’intéressent que nous.

Il faut commencer Lire la suite

Les productions Moustache arrivent en ligne

Moustache a passé l’hiver, ouf. Le printemps l’appelle à nouveau à prendre les armes, à publier, à étonner parfois. Ce sont ainsi de longues heures de tournage, de dérushage et de montage qui ont animé l’équipe de Moustache ces derniers mois. Le projet prend forme, d’ici quelque temps vous pourrez découvrir des productions vidéos Moustache : interviews, ambiances de lieux, sessions acoustiques volées ou négociées. Ce sera aussi le retour de chroniques, de billets, de moments simples, pas nécessairement fous, mais toujours captivants. Moustache est là, des images plein la tête, des envies plein les baskets, et déjà quelques photos d’une équipe en action (dans la suite de l’article, en vrac, sans rien vous dire de plus). Lire la suite

J’ai vu Black Swan et j’ai vu mourir les cygnes : faux plats et mauvais heurts

Voilà le grand film de Darren Aronofsky, sa pièce maîtresse. Tout est là : Nathalie Portman, Vincent Cassel, le Lac des Cygnes, un Tchaïkovski  et un Begichev ! Génial, l’adaptation moderne d’un opéra classique qui a fait le tour du monde. On oserait croire que l’art sera au rendez-vous, que la finesse d’une œuvre tant interprétée n’en sera que « parfaite », remise à neuf par Aronofsky à la direction et Portman à l’exécution, une œuvre qui serait comme dépoussiérée par le génie cinématographique américain ?! Pourtant il n’en est rien, ça n’a été que migraine (la mienne) et heurts (le film). Retour sur un bad movie qui marche très bien.

Lire la suite

Jean-Luc Godard en fait c’est cucul la praline et compagnie

Finalement Jean-Luc Godard m’a toujours tourmenté. Ponte de la nouvelle vague, il l’incarne. Réalisateur talentueux, on l’a beaucoup dit. Scénariste critiqué, très certainement. Jean-Luc Godard a suscité tant les critiques que les éloges, pourtant a-t-il déjà souffert l’appellation d’être cucul la praline ? Je google ça, on ne dirait pas. Alors c’est parti : pour moi JLG c’est cucul la praline et compagnie.

Lire la suite

La Comédie des erreurs aux Bouffes du Nord sans faux pas

Ce qu’il y a de bien quand on va au Théâtre, c’est qu’on est assuré de ne pas être surpris. Un décor minimaliste, un jeu austère, peu ou pas de lumière, ou comme disait Delerm (c’est peut-être ringard de le citer) : « pas de décor, pas de costume, c’était une putain d’idée ». Alors aux Bouffes qu’en est-il ? Je dois dire qu’on était bien loin du monologue Shakespearien. Lire la suite

Souhaiter la bonne année, ça n’a de sens qu’après coup

Voici un mois de passé en 2011. Voici pour nous l’occasion de vous souhaiter une année, bonne ou mauvaise, mais déjà une année. Pour la suite, le retour de nos articles sur Moustache, la liberté des sujets, la diversité des thèmes que l’on veut aborder. En attendant (toujours) un magazine pdf qui se développe petit à petit, j’espère que vous nous lirez encore cette année. Passez une année la meilleure qu’il soit, Moustache vous aime. Lire la suite

Fin d’année, du nouveau pour Moustache

L’année se finit bientôt, on l’enterre un peu partout, dans les têtes, les magazines, les studios, des best-of sortent par milliers. Sur Moustache, nous y avons pensé un peu aussi, mais surtout à changer, après déjà un an sur la toile. Alors Moustache vous proposera un peu de musique, une rétro sur l’année, mais aussi un petit hors-série compilant le plus chaud, le plus lu et le plus intéressant de nos articles 2010. Par la suite, ce sera à vous d’agir, vous inscrire, pour recevoir en exclusivité chaque mois un beau mag’Moustache (dans votre boîte aux mails) . Alors dans cette attente si forte, il nous reste à vous souhaiter une excellente fin d’année, une longue vie et surtout une longue vie à Moustache. Réchauffez-vous bien, il neige à Paris.

Petit extrait, Un conte de Noël d’Arnaud Desplechin