Bona Drag : il y a une vie après les Smiths

« Ohhh mother, everything’s grey, I’m not really straight, I’m humm… ! ». Hum. Le 4 octobre dernier, Bona Drag fêtait ses 20 ans. Le dieu mancunien marquait le coup par une réédition pas vraiment sulfureuse de son second album-compilation solo. Rien à foutre ? Pourtant, une terrible réaction en chaîne allait se produire, les grandes instances médiatiques du Rock rentraient bientôt en fusion pour rendre un surprenant hommage à Morrissey. Enquête sur un sauvetage d’envergure mondiale.

Chouettes fringues

 

Tout vint d’abord de Magic, comme souvent, qui consacra sa revue « Reissue » à Bona Drag, le tonitruant Thibaut Allemand achevant son article par un limpide et furieux « Indispensable ». Quelques jours plus tard, un énigmatique rédacteur de Pitchfork décida pour l’occasion de craquer son slip en affublant un 9,8/10 à cette nouvelle version du génial opus de Moz, aidé sur pas mal de chansons par les anciens Smiths, Andy Rourke et Mike Joyce , ainsi que leur ancien producteur, le dévoué Stephen Street. L’article lui décernait alors le titre: « une des  compilations les plus abouties et nécessaires de l’histoire du rock ». Rien que ça ! Dès lors, le reste de la presse suivit, faisant de la réédition de Bona Drag l’évènement retro-cool inattendu du mois, quand bien même ce genre de réédition est d’habitude passée aux oubliettes. Et en effet, la réédition est bien pauvre. Des photos pourries, une nouvelle pochette hideuse, aucune chanson vraiment inédite, un léger remastering…. Comment expliquer alors cet engouement surprenant ?

Les vieux fans ont voulu rendre hommage à Morrissey et insister sur le fait qu’il n’a pas à rougir de son aventure en solo. Pour beaucoup, Morrissey ne fut que l’ombre de lui-même après les Smiths. Pour beaucoup, la carrière solo de Morrissey se résume à des concerts dégoulinants pour vieux groupies gays, des albums aux couvertures ridicules d’autoglorifications, des scandales médiatiques faits de xénophobie et d’extrémisme… L’hommage médiatique à Bona Drag remet les pendules à l’heure et personnellement,  je vais vous dire, quitte à s’attaquer à un tabou, j’aime autant – si ce n’est plus – la carrière solo de Morrissey que les Smiths eux-mêmes !


Vodpod videos no longer available.

Vodpod videos no longer available.

Save me from life


L’œuvre de Morrissey, jalonnée d’échecs et de gloires, est la lutte romantique d’une icône face à ses doubles, l’aventure artistique d’un homme qui a parfaitement compris le caractère ironique de toute quête d’identité, ce paradoxe entre la fixité de l’image rêvée de soi et le caractère éphémère et ambivalent de toute subjectivité. D’album en album, une galerie de personnages brumeux défilent dans un paysage mental où se côtoient le poids écrasant du réel et l’idéal lumineux d’une intériorité en paix avec elle-même. La musique de Morrissey est chaleureuse et délicate, profondément humaniste dans son projet. Elle insinue sans cesse l’exhortation à être soi-même et à se rêver soi-même. Et une fois pour toute, peu importe le battage médiatique et les artifices mis en scène par Morrissey pour créer un jeu de miroir déformant entre lui et ses détraqueurs… Cette réédition de Bona Drag est donc l’occasion de reprendre contact avec cette œuvre monumentale, ou d’y plonger avec délice pour ceux qui se seraient arrêté aux Smiths.


Pour l’ occasion, je vous ai préparé une compile, à écouter ici sur Spotify.

On finira sur un extrait de l’article de Thibaut Allemand pour Magic: « De ruptures en retrouvailles, la transition a bien eu lieu, libérant l’essence du chanteur en une collection éclatante de chansons aux textes habiles que l’on ne peut décemment écouter sans danser comme un pantin désarticulé. C’est un peu ridicule, on en convient ». Mais le ridicule ne tue pas, au contraire.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s