Eloge de l’autodestruction : Gainsbourg ne peut plus faire de petits trous dans le métro, ni même y fumer.

Quand on est assez peu enclin à se lancer dans une nouvelle semaine, le métro parisien est toujours une étrange introduction. Entre bousculades, attentes, conversations chiantes et toux buboniques qui font craindre une cinquième épidémie de grippe A, j’observe ce qu’on me donne à voir. Journaux gratuits, prospectus, pub quatre par trois. Tiens en voilà une belle : Gainsbourg ! Le premier film de Joann Sfar. Pas mal du tout la ressemblance, on croirait voir le vrai, enfin presque…

Oui, presque, car pas de cigarette dans le métro, pas de suicidé non plus, pas de clochard. Juste l’un des plus beaux réseaux de subway du Monde à la merveilleuse signalétique. Je vous jure on me l’a dit, tous ces panneaux d’information : « y a pas mieux ailleurs  » ! Alors on comprend qu’avec cet idéal de beauté et de « lieu-de-vie « , la RATP soigne son image. C’est là pour moi l’exact exemple de ce que le rejet du sale, du glauque et du réalisme a de malsain et de critiquable.

Bien entendu : « FUMER TUE » ! D’ailleurs « arrêtez de manger trop gras et trop salé » en lisant des blogs bande de connards ! Quoi ? C’était juste pour voir si vous suiviez. N’empêche quand vous voyez ce genre de messages, n’est-ce pas l’idée qui ressort ? L’idée qu’on est pris pour un con ? C’est ce que mon cerveau ramolli par le « trop faire ce qui est salé » me dit. Je m’intéresserai donc à la « blonde » retirée du bec de Gainsbarre sur les affiches du film. Ce qui me gêne c’est le refus de l’autodestruction, le refus de la part thanatos de l’homme. Cette impression qu’on est entrain de créer un deuxième Monde à côté du Monde qui pue (celui dans lequel vous vous trouvez à l’heure actuelle). Problème : ce deuxième Monde est un monde d’idées et n’a aucune valeur. Il ne permet pas à l’homme de se mouvoir. Alors que le Monde qui pue, qui force l’homme à ramper dans le purin, permet créations artistiques et combats, à toutes les échelles, pour le pousser à s’améliorer ou au-moins à continuer de vivre.

Pourtant quand on y regarde de plus près dans la vie, c’est pas des enfants qui chantent en mangeant du Quick pas trop salé, c’est pas non plus des jeunes qui jouent de la guitare sans fumer ni boire, ou des gentils gens qui font tout comme il faut. Non, dans la vie, on se croit plus Gainsbourg que Chantal Goya. Parce que la destruction et l’autodestruction sont bien plus les moteurs d’un homme en devenir que son hygiène de vie. Cette santé parfaite qui  le couperait de sa fange et le laisserait vivre longtemps mais sans saveur. Attention à l’Idée, au fantasme, qui pourrait tout justifier. Une telle prétention n’a pas notre confiance. Finalement, tous les malaises humains « c’est comme les paquets de céréales » : dans la masse informe, toujours un jouet sympa. Alors vive l’autodestruction, surtout celle de Gainsbourg puisque ces chansons tuent ! D’ailleurs d’ici peu tout artiste au destin tragique d’alcoolo, fumeur de gitanes, junkie ou maniacodépressif verra son œuvre estampillée « ŒUVRE QUI TUE » ! Oui s’enrichir de ces mecs là ça tue, mais je vous jure ça tue grave, je passe mon temps à le faire !


5 thoughts on “Eloge de l’autodestruction : Gainsbourg ne peut plus faire de petits trous dans le métro, ni même y fumer.

  1. « Au final tous les malaises humains « c’est comme les paquets de céréales » : dans la masse informe, toujours un jouet sympa » <– J'aime beaucoup!!!

    En ce qui concerne notre époque, je ne penses pas qu'on puisse parler d'un monde parallèle idéal/idéel (qui me fait penser à une conception trop pure et platonicienne de la vie) mais plutôt d'un monde politiquement correct, où une bande de rigolos veillent à ne pas se contredire lorsque le prix des clopes ne cesse d'augmenter pour faire entrer du cash dans la caisse….

    Bon à part, cette remarque insipide, je vote OUi à la mention "oeuvre qui tue", super concept!
    L.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s