« Papi, balance la camomille ! Y-a Resnais qui nous balance des Herbes Folles ! »

Hilarant ? Non. Génial ? Je ne sais pas. Bien filmé ? Disons qu’il y a un effort de « style ». En revanche je demande pourquoi il est possible de lire sur l’affiche du film « Notre Palme ! » ? Peut-être que finalement ce sont les Papis qui font de la résistance mais que ça ne prend plus. Quand on voit Les Herbes Folles, le dernier Alain Resnais, ce qui marque, ou plutôt ne marque pas (un peu comme la tisane) c’est le génie d’un réalisateur qui ne mérite pas beaucoup plus que la palme «d’un incertain regard ». Le seul moment de folie est dans le titre, quelles folles ces herbes d’ailleurs, ce qui est rappelé par d’innombrables scènes où l’on voit des herbes danser dans le vent.  Sinon on tombe dans « l’audace » filmique pour l’audace filmique. Par audace je veux dire un effet de style forcé. Puis les séquences s’enchaînent sans véritable échange entre les personnages. Rien ne prend vraiment aux tripes. A la rigueur les scènes qui écœurent comme celle du cabinet dentaire, ou celle d’un André Dussolier qui revient ivre mort et qui assouvit les pulsions de son éros tourmenté… de vieil homme.

Finalement, et pour ne pas parler du film qui inspire relativement peu, interrogeons la pertinence des récentes Palmes Cannoises. Tombées dans l’aristo-cinématographie, avec d’habiles systèmes de cooptation, quelle place pour la création ciné ? Quelle place pour ces petits réalisateurs, ces jeunes, ces talents qui se cherchent et qui se trouvent souvent ? Arrêtons le déni, critiquons la faute de goût. Alors pour ce qui est des Herbes Folles j’admets pouvoir être passé totalement à côté, mais si j’en retiens quelque chose c’est que ce film fait prendre un coup de vieux au cinéma français. Surement dû à cette volonté trop franche de faire du neuf et du moderne sans aucun naturel.

C’est un peu comme Joe Dassin qui dit « passer la nuit dans un sous-sol avec des fous » (Aux Champs Elysées) : regard trop éloigné de ces milieux underground pour les exprimer, Resnais de la même manière serait largué pour s’inscrire dans la modernité. Pourquoi ne privilégie-t-il pas alors sa véritable vision cinématographique ? Un film d’un autre âge aurait été préféré à ce film trop âgé dès le jour de sa sortie. Dommage.

One thought on “« Papi, balance la camomille ! Y-a Resnais qui nous balance des Herbes Folles ! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s