Revue du Web n°2 : Lévi-Strauss, Le Grand Journal, Chute du Mur, Monoprix, Apple…

REVUE DU WEB

Cette semaine : l’opinion de Lévi-Strauss sur le monde dans lequel il a fini sa vie, le spectacle de la politique dans Le Grand Journal, la commémoration de la Chute du Mur, Monoprix (ce truc de bobo), 1001 albums sur Spotify et le n’importe quoi des fans d’Apple.


L’essentiel et l’urgence sont dans la lecture. C’est ça qui importe. Bien plus que de se joindre aux concerts de louanges qui ont fleuri un peu partout.

« Ce que je constate : ce sont les ravages actuels ; c’est la disparition effrayante des espèces vivantes, qu’elles soient végétales ou animales ; et le fait que du fait même de sa densité actuelle, l’espèce humaine vit sous une sorte de régime d’empoisonnement interne — si je puis dire — et je pense au présent et au monde dans lequel je suis en train de finir mon existence. Ce n’est pas un monde que j’aime ».


acrimedLe Grand journal sur Canal Plus ou comment transformer la politique en spectacle : « Imaginons une personne, férue de politique et passionnée de débats télévisés, qui, tombée dans un profond coma en 1980, en sortirait aujourd’hui. Imaginons que, à son réveil, depuis son lit, elle regarde « Le Grand Journal ». Il y a tout lieu de craindre que, sous le choc, elle rechute cette fois dans un coma définitif.
En effet, l’apparition du tout publicitaire, des reportages montés comme des clips et de la mise en scène spectaculaire de l’affrontement d’idées ; le choix de l’instantané, la primauté de la forme sur le fond, et l’impertinence comme gage d’indépendance sont des ingrédients qui peuvent faire défaillir quiconque a pu, un jour, se passionner pour la politique. Défaillir devant la mise en spectacle de la politique à la télévision… dont le « Grand journal » est certainement l’exemple le plus abouti. »


journaUlcéré par la commémoration médiatique de l’anniversaire de la chute du mur, Alain Joannes y voit un facteur d’aggravation du discrédit qui touche l’industrie de l’information en France. (via Narvic)

« La crise d’hystérie berlinoise qui vient d’agiter frénétiquement le journalisme à la française a repoussé les limites du ridicule tout en dévoilant l’ignominie de l’arbitraire médiatique. »
« En acceptant l’agenda élyséen sans aucun discernement et sans aucune retenue, les journalistes de Radio France et de France Télévision se laissent instrumentaliser. Ils concoctent un écrin médiatique aux vanités du pouvoir en place. Ils détournent l’attention de leurs audiences vers les efforts désespérés que déploie le locataire de l’Elysée pour ne pas être éclipsé par un véritable acteur de l’Histoire en train de se faire – ma définition de l’actualité -, Barack Obama. »


bobosMonoprix, c’est un truc de bobo : «Mais l’ingrédient déterminant pour que le bobo se sente chez lui, c’est de ne surtout pas briser l’absence total de contact avec la réalité sociale, absence sans laquelle un Daniel Cohn-Bendit ne serait plus un Daniel Cohn-Bendit car forcé de dire des choses qui colleraient à la réalité. C’est donc dit : au Monoprix, il n’y aura QUE des bobos. ».


Les 1001 albums qu’il faut avoir écouté sur Spotify. Via la Superette.


Les fans d’Apple sont fous.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s