Revue du Web n°1 : Houellebecq, Néandertal, Hadopi, Université…

Cette semaine : Houellebecq en typographie cinétique, la loi Hadopi, un livre sur la réforme de l’université, les accents dans les séries anglophones et les amours entre Homo Sapiens et Néandertal.

Pour Commencer, Houellebecq en typographie cinétique (voix Luchini) :

Chez Ecrans.fr, on parle de la loi Hadopi et des évolutions des pratiques d’internet qui remettent en cause son efficacité : « Dès l’été 2008, dans une note au ministère de la Culture, le très officiel Conseil général des technologies de l’information (CGTI) s’interrogeait sur l’efficacité d’Hadopi : « Il y a lieu d’étudier quelles solutions permettraient éventuellement de déjouer les tentatives des internautes de masquer les actes de téléchargement […] faute de quoi, devenue quasi aveugle pour une population de téléchargeurs qui irait croissant, le mécanisme de désincitation deviendrait rapidement obsolète ». »


Dans un article récent sur la réforme universitaire, Pierre Jourde cite Plinio Prado (Le Principe d’Université), philosophe à Paris 8 :

« Dans la vie comme dans l’histoire (y compris dans la vie et l’histoire des institutions), la pure et simple « adaptation » aux conditions données signifie toujours l’affaiblissement, le manque de force créatrice, la perte de l’énergie inventive, sénilité et mort. Les « réformateurs » actuels de l’université française, experts ès adaptations, feraient mieux de bien y réfléchir. La physique moderne aussi nous a appris que l’idée de contrôle parfait d’un système et de son évolution (y compris donc de la variable « temps »), abaisserait plutôt qu’elle n’élèverait sa performativité. Celle-ci a besoin d’un « jeu », d’une indétermination, pour avoir des chances de s’accroître. Une certaine ouverture à l’inattendu, par conséquent, une disponibilité à l’incalculable, doit entrer dans les calculs d’une stratégie de recherche ».

Plinio Prado, Le Principe d’Université, Lignes, 2009.

Le texte intégral est téléchargeable ici.

Par ailleurs, on peut écouter l’auteur sur Arte Radio.

L’inénarrable Henry Michel divague gentiment chez BienBienBien à propos des accents dans les versions originales des séries américaines : « Il fait moins le fier, ton Sawyer, doublé par Bosso, hein ? ».


Pour finir, Abstrait-concret nous parle avec grâce d’un temps où Homo Sapiens et Néandertal se connaissaient bibliquement : « De façon ponctuelle, Abstrait ≠ Concret se pose modestement en observatoire de la connerie et la crasse intrinsèques à la race humaine. Pour résumer la chose, l’humain est une charogne qui bousille tout ce qui l’entoure sans raison, s’imprègne de croyances débiles au gré des modes et des saisons, et accessoirement baise avec des poupées en silicone, non seulement parce que ça coûte moins cher à entretenir en cadeaux que son alter égo organique et aussi parce que ça débite moins d’insanités à la minute ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s